Le métier du charpentier

La charpenterie est souvent confondue avec la menuiserie. Ces deux corps de métiers ont pour point commun la mise en œuvre du bois dans les chantiers de construction. Après la révolution industrielle, le fer est également devenu un matériau de construction très recherché. Il n’est pas rare de trouver des édifices anciens équipés d’une charpente métallique ou d’une clôture en fer forgé. Qu’est-ce qui fait la différence entre le charpentier et le menuisier ? Pourquoi ces deux corps de métiers ne sont pas complémentaires ? Ne manquez pas la suite de cet article pour en savoir plus !

La charpenterie : un travail de précision

Mettons en évidence la différence entre ces deux métiers voisins. La charpenterie est l’ensemble des techniques permettant de construire une charpente ; c’est-à-dire l’assemblage des matériaux qui servent à soutenir le poids des toitures, des plafonds et des autres structures porteuses du bâtiment. Le charpentier participe à la construction des cathédrales, des musée et des établissements recevant du public (mairie, aéroport, hôpitaux, etc.). Sa connaissance du matériau et ses compétences techniques lui permettent aussi de construire des maison à ossature bois, des cabanes et des structures d’ombrage pour terrasse.

Le menuisier, quant à lui, fabrique des ouvrages de petites tailles tels que les meubles et les équipements de la maison (fenêtres, portes, plan de travail, tables, etc.). Il peut également s’occuper de l’agencement de la cuisine et du dressing.

Ces deux métiers sont similaires et utilisent les mêmes techniques (découpe et assemblage), mais sachez que le travail du charpentier est beaucoup plus complexe. Ce technicien commence sa tâche par la conception de l’épure en 3D, ainsi que la projection des formes et des volumes dans l’espace. Hormis son habileté physique et son sens de l’orientation, il doit aussi maîtriser les outils informatiques et les logiciels de calcul afin de parfaire sa conception. Le charpentier travaille souvent en étroite collaboration avec le couvreur. Certains ouvriers polyvalents s’occupent eux-mêmes de la pose de toutes les structures du toit (charpente, toiture, bâches d’étanchéité, gouttières, etc.).

Pour réaliser des travaux de charpente et de couverture aux alentours de Mercuès, de Cahors et de Prayssac, l’entreprise EVOBOIS est le prestataire qu’il vous faut. Forte d’une dizaine d’années d’expérience, elle saura répondre à toutes vos demandes. Parmi ses prestations, se distinguent : la fabrication de charpente traditionnelle ou fermette, la pose des ouvrages en zinc (chéneaux, gouttières, etc.), les travaux d’isolation, l’aménagement de terrasse et la construction de maisons à ossature bois. Vous pouvez également lui confier la pose et l’entretien de votre couverture. N’hésitez pas à visiter son site internet pour obtenir de plus amples informations.

Un métier d’avenir

La conception des premières charpentes remonte vers l’antiquité. Malgré l’avènement de la technologie et l’évolution des techniques de construction, le métier a su conserver une forte tradition. De l’arche de Noé jusqu’à la cathédrale de Paris, en passant dans le musée de Versailles, la charpente demeure une structure indispensable. Elle a également marqué son empreinte historique à travers les monuments les plus célèbres de la planète.

Un jeune titulaire de CAP (certificat d’aptitude professionnelle) peut débuter dans des entreprises artisanales, puis travailler à son compte après quelques années d’expérience. L’intérêt grandissant pour les constructions écologiques, ainsi que l’utilisation de nouveaux matériaux (aluminium, PVC, composite, etc.) devrait également assurer de belles perspectives pour les jeunes qualifiés. Notons qu’un charpentier qualifié peut réaliser des travaux de menuiserie d’agencement ou de décoration. Il est même capable de concevoir des plans de construction et de superviser le travail des couvreurs. Pour devenir charpentier, il faut avoir du goût pour les dessins, la notion des formes, la bonne résistance physique et le sens de l’équilibre.