Comment faire le traitement des eaux usées pour les petites collectivités ?

Dans les agglomérations de plus de 2000 habitants, un réseau de collecte des eaux usées est généralement disponible avec une station d’épuration collective. Qu’en est-il des hameaux, des sites de camping, des usines, de certains immeubles ou centres commerciaux n’ont pas accès à ces réseaux publics. Une alternative possible est l’assainissement non collectif regroupé ou assainissement semi-collectif.

Qu’est-ce que l’Assainissement semi-collectif ?

Le traitement des eaux usées est une obligation en vue de nous protéger des risques de propagation de maladies transmissibles, de limiter l’impact de la pollution sur notre environnement et de conserver au maximum nos ressources en eau. Les eaux usées sont une des sources de pollution les plus importantes. L’installation de réseau d’assainissement de l’eau est obligatoire. Néanmoins, le coût d’installation d’un système individuel  de collecte et d’épuration n’est pas à la portée de tout le monde. La solution à envisager est par conséquent  de rejoindre les réseaux publics. Mais ces réseaux publics ne sont pas toujours accessibles et ils sont même inexistants dans les zones à faible densité de population. Les groupements d’habitations de moins de 2000 habitants rencontrent ce problème.

L’assainissement semi-collectif a été spécialement conçu pour ces communautés. C’est un réseau de collecte des effluents destinée à un nombre réduit de population ( allant de 50 à 2000 habitants ) menant les eaux usées vers une microstation d’épuration.

Comment mettre en place un réseau d’assainissement semi-collectif ?

L’initiative doit venir des communes. D’abord, la commune effectue un zonage pour identifier les besoins. Ce zonage permet également de délimiter les endroits qui vont être desservis par ce réseau. La détermination de l’emplacement idéal se fait à ce niveau.

Bien évidemment, la réalisation des travaux ne sont pas du ressort de la commune. Elle doit faire appel  au Service d’Assistance Technique aux Stations ou d’Epuration ou SATESE qui est disponible au niveau de chaque département en France. Si ce service n’est pas accessible, la Police de l’Eau peut également intervenir pour les indications techniques comme la détermination du niveau de traitement des eaux pour éviter la pollution  des sources ou des adductions d’eau.

Une fois ces dispositions préliminaires prises, le volet budgétaire  peut être discuté au sein de la commune. Une large gamme d’équipements est offerte. Le choix doit prendre en compte :

  • Les caractéristiques techniques. Il existe des microstations d’épuration à boues activées, à culture fixée ou hybrides.
  • Les équipements complémentaires nécessaires comme tamis, bac à graisse, poste de relevage.
  • La population cible qui est un paramètre déterminant de l’équipement à mettre en place.

S’adresser est une à des spécialistes de l’assainissement semi-collectif bonne initiative à prendre. Des entreprises spécialisées proposent de prendre en charge l’intégralité des travaux. Une étude préalable faite par des professionnels serait plus avantageux. Cela mettrait en exergue les solutions les plus adaptées aux besoins. Il est évident  que l’évaluation des travaux à faire, le choix des matériaux et équipements adéquats, et la réalisation des travaux  repose sur l’expérience de l’entreprise.

Les avantages de l’assainissement semi- collectif

Un réseau d’assainissement semi- collectif est une structure qu’on ne peut pas négliger pour  la simple raison que la santé des habitants est en question.

Si vous n’habitez pas  dans les zones desservies  par un réseau d’assainissement public, la solution idéale pour vous est  le regroupement avec les habitations voisines en vue d’installer un réseau semi-collectif. Le coût sera moins élevé que l’assainissement individuel. D’autant plus que c’est le budget de la commune qui prendra en charge la plus grande part.